Dossier du 26 Mars : Soutenez Eunice Barber !

   

Eunice Barber, Négresse avant d’être Championne française : un tabassage policier raciste ?

afrikara.com | 30/03/2006

Une femme noire sortie de sa voiture, prise d’assaut par pas moins de six policiers avec une violence extrême subi les coups et ruades de la "force publique" aux abords du stade de France. Elle s’en tirera avec une minerve au coup et un traumatisme justifiant sept jours d’arrêt de travail. De qui s’agit-il ? De lambda Maïmouna ou de la belle négresse antillaise du 9.3 ? Non il s’agit d’une athlète française, aux origines damnées de Sierra Leone en Afrique, Eunice Barber collectionneuse de médailles et d’honorabilité sportive pour la république, singulièrement une et indivisible.

Tiens ! Ce n’est pas tous les jours, en France, que des champions du monde, dont nul n’osera dire qu’ils sont tous des modèles de tempérance et surtout qu’ils ne sont jamais surpris dans des infractions diverses, se retrouvent ceinturés, frappés, embarqués dans un fourgon policier pour y passer 24 heures de garde à vue.

Bizarrement ce genre d’infortunes, à l’instar de l’arrestation et des violences policières infligées en 2005 à un avocat noir antillais plaidant à l’époque dans le dossier des écoutes téléphoniques illégales de la présidence de la république française, Me Ursulet, n’arrive que, à peu de choses près, aux personnalités non-blanches.

On imagine aisément que ce qui arrive à des figures connues du monde politique, médiatique, sportif et de la nation toute entière ne saurait être épargné à des "jeunes racailles" même présumées.

Il est difficile de prendre partie sur les raisons de l’interpellation de Eunice Barber, il semble néanmoins évident que les conditions de son arrestation témoignent d’une rare brutalité probablement justifiable des nombreux cas de racisme institutionnel à la française, largement dénoncés par les Ong et notamment un récent rapport d’Amnesty international. Le profil ethnique des bavures policières -qualification pudique- désormais connu laisse apparaître une surreprésentation des Noirs et des Arabes simultanément avec un silence complice des grands médias et organisations politiques. Avec l’affaire Barber, cette brutalité indicible du 18 mars 2006, aux abords du stade de France en région parisienne, il semble que nous soyons dans le même registre. A cet effet la réaction épidermique de quelques médias progressistes de gauche gauchisante est très instructive sur le cryptage des faits de racisme et de négrophobie en France. Le Nouvelobs.com s’est courageusement saisi de l’affaire Barber comme il a su le faire de la colonisation positive et de l’idéologie Pétré-Grenouilleau, un révisionnisme sur l’histoire négrière visant à culpabiliser les victimes nègres afin que la république ne se reconnaisse de fautes, d’excuses, de dénis mémoriels qu’à l’endroit de communautés blanches exclusives.

Dès le 20.03.06 [10:01] le courageux journal en ligne titrait "Eunice Barber agresse deux policiers", son chapeau inspiré annonçait la ligne éditoriale : "L'athlète française a été relâchée après 24 heures de garde à vue. Samedi, elle avait mordu deux fonctionnaires de police près du Stade de France." On apprenait que "L'athlète aurait foncé sur les deux fonctionnaires, qui ont finalement réussi à procéder à son interpellation, au cours de laquelle Barber les aurait mordu à un bras et à une jambe.". La négresse violente devait d’ailleurs se garder de se contenter de sa garde à vue puisque le Nouvelobs.com prévenait qu’elle "pourrait être convoquée ultérieurement pour s'expliquer sur ces violences présumées sur des agents dépositaires de la force publique".

La stratégie a consisté d’emblée à inverser la charge de l’accusation. C’est Eunice Barber qui avait agressé les policiers, c’est à elle que la présomption de faute et de charge s’appliquait, elle qui avait foncé en voiture sur des policiers invulnérables aptes à conjurer tous les mauvais sorts…

Le 21.03.06 [08:50] le journal annonçait du bout des lignes, la réaction de l’athlète et sa dénonciation de la brutalité policière, sans commentaire ni analyse, rappelant tout de même que Eunice Barber avait été placée en garde à vue pour avoir "mordu deux fonctionnaires de police". La menace continue de planer et le journal poursuit sa manipulation en laissant supposer que la championne française est en tort et devrait être entendue : "L'enquête continue et Barber pourrait être convoquée ultérieurement pour s'expliquer sur ces violences présumées sur des agents dépositaires de la force publique, de source judiciaire. ".

Tout ceci était sans compter avec la diffusion dès les 28.03.006 au soir sur le site internet du magazine l’Equipe.TV d’un document amateur filmant l’arrestation particulièrement brutale de la championne et négresse "de service" en l’occurrence. Débordé dans sa ligne éditoriale appliquée à détourner l’attention d’un éventuel cas de racisme caractéristique, prudence rarement à l’œuvre lorsqu’il s’agit du nouvel antisémitisme [de gré ou de force], le Nouvelobs.com s’est retrouvé piégé, obligé [ ?] de contre-attaquer. Piteusement.
Outils :   Télécharger  |  Imprimer  |  Email
4/7
   
  Novembre 2017  

D
L
M
M
J
V
S



1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30


Blog  |   Eunice Barber  |   Pékin 2008  |   Livre d'or  |   F.A.Q  |   Toutes les pages  |   Sponsors  |   Contact  |   Identification
Copyright © 2017 EUNICE BARBER - Tous droits réservés

Eunice Barber